Revue de presse du lundi 30 mai 2022

Les journaux parus à Kinshasa lundi 30 mai 2022 commentent encore abondamment les relations tendues entre la RDC et le Rwanda, au sujet du soutien présumé de ce dernier à la rébellion du M23.

La République démocratique du Congo tient les preuves irréfutables de l’implication des RDF dans les dernières attaques du M23, informe AfricaNews. «Les effets militaires retrouvés sur place, les images détenues par nos Forces armées ainsi que les témoignages recueillis auprès de nos populations démontrent à suffisance que le M23 est soutenu par l’Armée rwandaise», poursuit le journal, citant  un communiqué officiel signé de la main du ministre de la Communication et Médias.

Face à cette triste réalité, renchérit La Prospérité, « il est clair que, désormais, le parrain de ces terroristes du M23, c’est le Rwanda. Les FARDC sont fermes. Elles sont déterminées à défendre la patrie, à sécuriser les frontières nationales de la RD. Congo et à en garantir, quel que soit le prix à payer, la souveraineté et l’intangibilité. »

C’est ainsi que le quotidien Le Journal revient sur les quatre premières mesures de Kinshasa contre le M23 et le Rwanda, au cours de la réunion du Conseil supérieur de la défense, présidée ce vendredi 27 mai par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo. Il s’agit notamment de la suspension des vols de Rwandair, la désignation du M23 comme « mouvement terroriste », la convocation de l’ambassadeur rwandais accrédité en RDC.

Dans cette optique, analyse EcoNews, « Tshisekedi dans la peau de chef de guerre : fini la langue de bois, l’heure est à la fermeté.»  Après la diplomatie qui n’a pas réussi à dissuader les ennemis de la paix, apparemment déterminées à semer le désordre dans la partie Est de la République démocratique du Congo, le Chef de l’Etat a décidé d’adopter le langage de la fermeté. Prenant à témoin la communauté internationale, il a condamné « l’attitude d’un groupe criminel, bénéficiant des appuis sans équivoques de certains acteurs régionaux, qui a décidé de rompre cet engagement républicain et de s’attaquer à nos Forces de Défense et de Sécurité dans des positions qu’elle occupe dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo.»

Cependant, fait remarquer l’éditorialiste de Le Potentiel, « les Congolais auraient souhaité que le gouvernement fasse entendre davantage leur colère et leur haine contre Kagame. En décrétant, notamment, la fin de survol du territoire national par RwandAir en direction de Brazzaville. En expulsant les diplomates rwandais de Kinshasa. Last but not least, en accouplant à l’état de siège un état de guerre orienté vers le belliciste de Kigali. »

Mais Tshisekedi est un pacifiste. Comme le sont les Congolais. Contenant l’émotion populaire, d’ailleurs amplement justifiée, il privilégie la voie diplomatique pour illustrer la duplicité d’un  » frère  » qui combat la pacification de la sous-région, poursuit le tabloïd.

Face à cette crise entre la RDC et le Rwanda, signale pour sa part La République, Macky Sall, président de l’Union africaine, appelle les deux pays à dialoguer.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.