Plusieurs personnes ont signalé avoir été piquées mardi 21 juin, notamment dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Le phénomène des piqûres en soirée, toujours inexpliqué, se poursuit. Et les investigations aussi. Un homme a été interpellé, dans la soirée du mardi 21 juin, à Versailles, dans les Yvelines, selon les informations communiquées mercredi par le parquet. Il est soupçonné d’être l’auteur de quatre piqûres à la seringue pendant les festivités organisées pour la Fête de la musique, a appris mercredi franceinfo de source policière.

Au cours de la soirée, deux personnes ont vu cet homme de 37 ans piquer deux jeunes mineurs. Ces derniers ont porté plainte et l’un des deux témoins a eu le réflexe de filmer, a précisé une source policière à France Télévisions. « Grâce à cette vidéo, un signalement précis a pu être diffusé, permettant l’interpellation », souligne cette source. Mais la seringue n’a pas été retrouvée lors de la palpation.

Sept autres interpellations ont eu lieu en plus de celle de Versailles : quatre à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et trois à Arras (Pas-de-Calais). A Asnières-sur-Seine, une enquête a été ouverte pour « violences aggravées et administration de substance nuisible » et les quatre gardes étaient toujours en cours mercredi à la mi-journée, d’après les informations du parquet de Nanterre communiquées à France Télévisions. 

Les plaintes pour des piqûres dans des boîtes de nuit, bars et festivals s’additionnent à travers toute la France mais les preuves manquent encore pour déterminer la réalité de ces actes de malveillance. Au 16 juin, 800 plaintes avaient été déposées pour des piqûres et 1 098 victimes ont été recensées, mais aucune des analyses effectuées n’a mis au jour la présence de GHB, surnommé « la drogue du violeur », selon un bilan de la Direction de la police nationale (DGPN) effectué samedi 18 juin.





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.