Les autorités civiles et militaires ainsi que les membres de la société civile de Beni (Nord-Kivu) ont pris l’engagement de communiquer d’une manière responsable et éviter de céder à la désinformation et l’intox, véhiculées par les réseaux sociaux.

 

Ils se sont décidés à l’issue de leur participation à un atelier organisé par Pole Institute avec l’appui financier de la MONUSCO sur le dialogue et la paix.

 

Au cours de cet atelier, les participants ont fait le constat selon lequel la « désinformation, les intox via les réseaux sociaux et des mauvaises communications sont des maux qui rongent les communautés, et mettent à mal la cohabitation entre la population et les militaires dans les zones opérationnelles, en l’occurrence celle de Beni ».

 

Ayant pris part à cette rencontre, le capitaine Antony Mwalushayi, porte-parole des opérations Sokola 1 explique :

 

« Vous savez nous sommes dans une zone où la communication va dans tous les sens ; donc, l’ennemi manipule la communication. Nous devons tous communiquer positivement sur les opérations, et aussi, s’il y a des réclamations et des erreurs que nous avons constatées, que ça soit du côté de la population ou du côté de l’armée, nous avons des institutions, nous avons des services habilités où nous devons nous adresser. Nous devons maintenant multiplier les rencontres, les échanges de sensibilisation avec notre population, nous devons expliquer à la population et aussi nous devons écouter la population ».

 

Il pense qu’il sied de répondre aux questionnements de la population à travers les forums, les tables rondes, et non à travers les réseaux sociaux. 

 

« Nous devons nous comprendre : l’armée doit écouter la population et répondre dans un cadre bien donné », a conclut le porte-parole de l’armée dans la région de Beni.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.