C’est peut-être un signe qui annonce la désescalade entre Bahati Lukwebo et Christophe Mboso, respectivement président du sénat et président de l’Assemblée nationale dont les bisbilles sur le remplacement d’un juge à la cour constitutionnelle, ont fait la Une ce dernier temps.

le speaker de la chambre haute haute du parlement, Modeste Bahati Lukwebo, a annoncé, au cours de la plénière de ce jeudi 26 mai, la tenue, demain vendredi, du congrès devant pencher sur la désignation d’un juge à la place de Polycarpe Mungulu T’apangane, décédé en avril dernier.

«Le congrès sera tenu demain vendredi à 10h. Nous parlerons des détails dans un huis-clos qui sera décrété», a dit le président du Sénat.

Il sied de rappeler qu’au cours sa plénière la semaine dernière, le Sénat avait jeté son dévolu sur le sénateur MBONGA MAGALU ENGWANDA Louis, comme candidat devant briguer ce poste. Décision que l’Assemblée nationale ne digère pas jusqu’à la preuve du contraire.

La chambre haute du parlement qui signe et persiste sur son choix, estime que ce remplacement du juge à la haute cour, revient de droit à son quota du fait du décès d’un juge dépêché par le sénat, alors que les deux de l’assemblée nationale restent encore en fonction. La chambre basse, de son côté, pense qu’il appartient au congrès d’en décider, en vertu de l’article 158 de la constitution et 42 du règlement intérieur du congrès.

Rappelons que l’organisation de congrès était programmé sur demande du chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, freiné par la mésentente entre Mboso et Bahati.

Samyr LUKOMBO



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.