mer. Août 17th, 2022


Le gouvernement congolais par la biais du ministère des hydrocarbures, s’est prononcé sur la pénurie du kérosène observée à l’aéroport international de Ndjili, ce qui est à la base du retard des vols et de leurs annulations. Le ministre des hydrocarbures Didier Bidimbu, estime que la situation n’est pas critique, et rassure que les commandes sont d’ores et déjà faites et les bateaux en passe d’arriver.

«La situation n’est pas critique parce que la République démocratique du Congo, à travers ses fournisseurs, a pu passer commande et des bateaux sont en train d’arriver et n’est pas non plus à sec. Car nous avons encore assez de jet et de kérosène pour pouvoir tenir», dit Didier Budimbu dans une mise au point rendue publique par sa cellule de communication jeudi 19 mai 2022.

Néanmoins, il fustige le fait que les compagnies d’aviation sont au courant de cet état de chose, mais continent toujours de vendre de billets aux passagers.

«Tout ce que nous avons fait c’est que la quantité qui a toujours été servie par jour a évidemment baissé de moitié. Et toutes les compagnies aériennes savent qu’elles ont un quota le temps que nous puissions passer ce cap de 5 à 7 jours. Maintenant il s’observe qu’au niveau de certaines d’entr’elles (Ndlr: compagnies) continuent à vendre des billets alors qu’elles savent que si elles avaient 4 ou 5 vols par jour, elles ne peuvent plus le faire. Elles doivent en principe présentement, réduire de moitié leur fréquence, le temps que nous puissions passer ce cap-là. Mais elles continuent à vendre des billets à la fréquence habituelle, ce qui cause, au niveau de l’aéroport, des agitations», a ajouté Didier Budimbu.

Par ailleurs, Didier Bidimbu appelle au calme, et rassure que grâce au au flux des recettes ces derniers mois, a mis le bouchée double pour résoudre cette urgence.

«Point n’est besoin de rappeler que la guerre russo-ukrainienne est à la base des difficultés que rencontrent moult pays africains à se ravitailler suite à la concurrence que leur font les pays de l’Occident qui désormais s’approvisionnent eux aussi auprès des mêmes fournisseurs. Il va sans dire que cette congestion crée la rareté des produits pétroliers»,a-t-il conclu.

Le conflit russo-ukrainien a chamboulé le marché pétrolier mondial, la RDC n’étant pas épargnée.

Samyr LUKOMBO



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.