Les finalistes du secondaire débutent lundi 23 mai l’épreuve de la dissertation sur l’ensemble du territoire national. Neuf cent dix mille candidats sont attendus à ces examens préliminaires de l’Examen d’Etat en RDC. 

Pour l’inspecteur général intérimaire au ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Jacques Odia Musungayi, tout est prêt pour que cette épreuve se déroule dans les bonnes conditions. 

« Les malles sont déjà expédiées dans l’arrière-pays. Ça va se passer comme ça s’est toujours passé, malgré des petites difficultés, les couacs d’expédition, parfois en temps de pluie. Il y a des malles qui arrivent, je ne dirais pas légèrement en retard, mais disons, quelques temps avant la passation même », a assuré Odia Musungayi. 

Il ajoute que ces épreuves se déroulent même dans les zones affectées par l’insécurité des groupes armés : 

« Je dois vous avouer que l’institution ‘’Examen d’Etat’’, c’est l’un des éléments de l’unité nationale. S’il y a par-ci, par-là, comme par le passé vous avez des zones de conflits ainsi de suite, mais pendant l’épreuve certificative, l’Examen d’Etat, l’Enafep, les armes se taisent, les conflits s’amenuisent même et se taisent à un certain moment. On laisse passer l’Examen d’Etat » 

Jacques Odia Musungayi révèle notamment que, les enseignants nouvellement engagés vont bientôt toucher à leur salaire. 

« D’ici là, on va payer les nouvelles unités et on m’informe même qu’on payera les arriérés des mois d’avril et de mai. Ça, ça reste à vérifier. Mais pour avril au moins, je suis certain.  Leur salaire est même allé au niveau de la banque », a-t-il précisé. 



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.