Le Président de la République, Felix Tshisekedi a recommandé le lancement de la production nationale de bitume. Lors du Conseil des ministres tenu vendredi 20 mai à Kinshasa, il a indiqué que la RDC dispose non seulement de gisements de bitume, mais également des capacités techniques et financières suffisantes pour en produire localement.

Ainsi le chef de l’Etat congolais a-t-il émis le vœu de voir ces richesses valorisées.

Le bitume est un composant important dans le revêtement des axes routiers. D’où le regret de Félix Tshisekedi de voir que la Société congolaise des industries de raffinage (SOCIR), qui a reçu du gouvernement une unité de production de bitume n’enregistre à ce jour aucune production.

« Il est donc plus qu’urgent de relancer les activités de production de la SOCIR dans la perspective notamment du lancement du programme de 145 territoires qui nécessitera l’approvisionnement en bitume pour la réalisation des milliers de kilomètres de routes », a-t-il préconisé, au regard des répercussions de la crise russo-ukrainienne sur l’économie et qui obligent à recourir sur ses propres richesses.

De ce fait, Félix Tshisekedi a instruit le ministre du Portefeuille, de mettre en place une commission spéciale chargée de dresser l’état des lieux et d’élaborer le plan de relance de la SOCIR.

Cette Commission sera constituée des délégués de la Présidence, de la Primature, du ministère des Finances, du ministère des Hydrocarbures ainsi que la direction de la SOCIR.

Zone économique de Maluku

En ce qui concerne l’industrie, le compte-rendu du Conseil des ministre évoque également le souhait de Président de la République de voir la Zone Economique Spéciale de Maluku s’élargir, par insertion de la Société Sidérurgique (SOSIDER).

Félix Tshisekedi a rappelé le vœu émis en avril dernier, par un investisseur africain, de travailler avec le gouvernement pour la relance des activités de la SOSIDER pour la production de l’acier.

Les ministres du Portefeuille, des Finances, de l’Industrie, sous la coordination du Premier ministre, en collaboration avec le cabinet du Chef de l’Etat, ont été instruits d’entamer les négociations avec le partenaire intéressés, en vue de concrétiser le projet de relance de la SOSIDER.

Le document revient aussi sur l’exécution de l’arrêt de la Cour internationale de justice dans l’affaire des activités armées sur le territoire congolais, par la République de l’Ouganda. Le versement de cette indemnité de 65 millions USD qui doit se faire en cinq annuités, constitue une des attentes des victimes, a rappelé le Chef de l’Etat congolais.

En prévision de la première phase de l’exécution devant intervenir au courant du mois de septembre 2022, un certain nombre de diligences juridiques, diplomatiques, techniques, voire matérielles, doivent être amorcées au titre de devoirs qui incombent à la RDC.

Il s’agit notamment de la mise en place d’une Commission technique chargée d’accompagner le gouvernement dans l’exécution de l’Arrêt ainsi que l’actualisation urgente du fonds d’indemnisation des victimes.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.