Quatre détenus sont décédés, depuis janvier dernier, dans la prison centrale de Kindu (Maniema).

Le dernier cas est survenu mercredi dernier.

La victime, Mulamba Balimweatcha, était poursuivie pour coups et blessures volontaires simples.

Des sources pénitentiaires rapportent qu’elle a trouvé la mort des suites d’une une courte maladie non soignée.

Selon les mêmes sources, ces cas de décès sont entre autres, dus au manque criant des médicaments pour assurer la prise en charge des détenus malades ainsi que les mauvaises conditions carcérales.

Le directeur de la prison central de Kindu, Paul Ilunga a cependant regretté que ces patients n’aient pas bénéficié de soins après leur transfert dans des hôpitaux :

« Les détenus suivent les soins médicaux mais, les soins ne sont pas à la hauteur. Quand il y a un cas grave, la prison le transfert à l’hôpital général. Malheureusement, l’hôpital ne le prend pas en charge. Il faut que la famille du détenu supporte les soins médicaux. Si le détenu n’a pas de famille, il est maintenu sur son lit d’hôpital sans soins. S’il a la chance, il s’en sort vivant, sinon il meurt »

Le directeur Paul Ilunga en appelle à l’intervention des autorités provinciale du Maniema.

De son côté, le ministre provincial de la Justice du Maniema reconnaît la situation de cette maison carcérale.

Mankunku Daddy attribue les mauvaises conditions de détentions aux subventions irrégulières du gouvernement central.

Il a par ailleurs décidé, avec la collaboration de la Division provinciale de la santé (DPS), affecter un médecin à la prison centrale de Kindu pour le suivi des prisonniers.

Construite pour une capacité d’accueil de 250 détenus, cette prison héberge à ce jour 500 penssionnaires.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.