Revue de presse kinoise du 27 mai 2022. L’accrochage entre les FARDC et les rebelles du M23 dans les territoires de Nyirangongo et Rutshuru, au Nord-Kivu, a encore fait la une des journaux parus ce vendredi dans la capitale congolaise. La République titre en sa manchette : « Combats au Nord-Kivu, Kagame sans masque ! ». Ce quotidien indique que Paul Kagame, le président rwandais, ne sait plus se vautrer dans son sport traditionnel -la désinformation- pour masquer la présence de ses soldats dans les combats contre l’armée congolaise, au Nord-Kivu. Pour ce journal, tous les Congolais, comme la communauté internationale sont édifiés quant à l’identité rwandaise de la pseudo-rébellion de M23. Cette nébuleuse, poursuit-il, émanation du RCD/Goma, du CNDP n’est que la facette cachée de la présence militaire rwandaise sur le sol congolais depuis la guerre contre le régime du feu Maréchal Mobutu, puis l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila. La République accuse ainsi Paul Kagame de s’appuyer sur ce contingent pour faire chanter Kinshasa et faire avancer « son » plan contre la RDC. Soutenu par la branche anglo-saxonne de l’Occident, révèle ce tabloïd, l’homme le chef de l’Etat rwandais sert, en réalité, de bras séculier pour la réalisation du plan de balkanisation de la RDC ou, à tout le moins, le maintien de l’insécurité favorable à l’exploitation illicite des minerais de la région de l’Ituri et du Nord-Kivu.

Le journal enchaine en citant le ministre congolais des Affaires étrangères qui, en mission à Malabo (Guinée Equatoriale) a officiellement dénoncé le Rwanda de soutenir les agresseurs qui sévissent dans la partie Est de la RDC. Ce quotidien note également qu’il a fallu attendre plus de 20 ans pour qu’un ministre congolais, en fonction, charge publiquement le Rwanda comme étant l’instigateur des groupes armés qui pullulent dans l’Est de la RDC. Désormais c’est chose faite. Et ce courageux membre du gouvernement n’est autre que le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, souligne ce tabloïd. Devant les caméras de plus grandes chaînes des télévisions africaines et même du monde, indique ce quotidien, ce membre du gouvernement Sama a dénoncé le soutien de Kigali aux rebelles du M23. Le Journal estime que le discours de Lutundula, prononcé mercredi 25 mai à la plénière du Conseil exécutif de l’Union Africaine, à Malabo, capitale de la Guinée Équatoriale, mérite d’être conservé pour le faire lire et entendre aux futures générations.

L’avenir se réjouit que le chef de la diplomatie congolaise ait attiré l’attention de la communauté internationale et de l’Union africaine sur la situation sécuritaire et humanitaire préoccupante dans la partie Est de la RDC.  A la tribune de l’Union africaine, précise ce quotidien, Christophe Lutundula a invité le continent africain à prenne conscience que le terrorisme n’est pas seulement idéologique mais également politique voire économique. Pour le ministre congolais des Affaires étrangères, souligne ce tabloïd, les commanditaires des troubles dans la partie Est de la RDC se moquent de l’Union africaine. Il a averti que Kinshasa ne va pas continuer à tolérer ces changements anticonstitutionnels.

Le journal ECONEWS fait savoir qu’il n’y a plus de langue de bois à Kinshasa pendant que les FARDC font face aux rebelles du M23 dans les collines de la province du Nord-Kivu. Cet hebdomadaire rappelle que le gouvernement congolais, réuni mercredi autour du Premier ministre, n’a pas hésité à accuser le Rwanda d’apporter tout son appui militaire au M23. Ce tabloïd rapporte que depuis Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, le général Ekenge, porte-parole des FARDC dans la zone opérationnelle du Nord-Kivu, a été le premier à éventrer le boa en donnant de sérieux indices qui accablent Kigali dans cette guerre. Sans citer le Rwanda, souligne ECONEWS, le général Ekenge a, dans un communiqué diffusé mercredi dernier, indiqué que, dans leur débandade, les rebelles du M23 ont abandonnés des effets militaires « non utilisés ni par les FARDC, ni par les terroristes du M23 ». Sans surprise, s’étonne ce journal, Kigali s’est rabattu sur sa vieille rhétorique, niant toute implication dans l’action menée par les rebelles du M23. Plus loin, le gouvernement rwandais, qui promet de saisir le mécanisme conjoint de vérification aux frontières, pense que la RDC combat avec le soutien des FDLR, ces rebelles rwandais qui écument la partie Est de la RDC. Pendant ce temps, se réjouit ECONEWS, les FARDC semblent avoir pris le dessus sur le M23 sur le terrain des opérations.

Pour sa part, La Prospérité cite le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya qui mobilise la population congolaise pour en faveur des FARDC qui s’affrontent aux rebelles M23 dans l’Est du pays. Devant la presse, souligne ce quotidien, le ministre de la Communication et des Médias a pensé relancer la campagne « Bendele ekwaya te », invitant tout Congolais à se lever pour qu’aucune tentative d’aucune manière, d’aucun groupe ou d’aucun pays quelconque, ne tente de prendre un seul centimètre de notre territoire. La Prospérité revient sur le porte-parole du gouvernement qui, à son tour, tenu à rassurer la population congolaise de l’implication du gouvernement pour restaurer la paix dans cette partie du pays. 



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.