Le directeur général de l’AP-HP dénonce aussi la pratique de certains intérimaires, qu’il qualifie de « mercenaires ».

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

La situation dans les hôpitaux franciliens est jugée « très sévère », alerte lundi 30 mai sur France Inter Martin Hirsch, le directeur général de l’AP-HP. Avec l’arrivée de l’été et le manque de personnel, l’inquiétude monte dans les hôpitaux, notamment ceux de Paris et de sa région. « Tout le monde s’inquiète pour l’été et ce que disent les équipes dans les hôpitaux n’est pas surjoué », ajoute Martin Hirsch.

>> Fermetures de lits, primes, recrutement de jeunes diplômés… Face à la pénurie de soignants, le système D des hôpitaux pour passer l’été

Le patron de l’AP-HP parle d’une « situation critique » qui intervient après deux ans de pandémie. Il indique que 15% des lits d’hôpitaux à l’AP-HP sont fermés, et que les problèmes spécifiques des hôpitaux publics franciliens « se portent sur les infirmières » : « On en a 1 000 de moins qu’il y a un an à la même époque. On avait prévu de créer 400 postes supplémentaires, on n’a pas pu les créer. Donc il nous manque 1 400 infirmières par rapport à ce qu’on aimerait avoir », précise Martin Hirsch.

En plus des infirmières qui ne prennent pas de poste à l’AP-HP une fois diplômées, Martin Hirsch dénonce notamment le fait que certaines d’entre elles « utilisent la drogue douce de l’intérim qui nous met dans des situations absolument terribles ». Ainsi pour lui, « s’il y a une mesure à prendre rapidement c’est de réguler » ce phénomène. Car pour lui ces intérimaires se comportent comme des « mercenaires » au « comportement violent », « qui prennent 1 500 balles » pour travailler ponctuellement aux urgences de l’AP-HP. « Se vendre comme ça, c’est un problème », lance-t-il.

En réponse à une auditrice qui lui demandait s’il ne fallait pas réintégrer les infirmières suspendues pour ne pas s’être vaccinées, le directeur général de l’AP-HP indique que cela ne concerne que 40 infirmières sur les 1 400 postes manquants. « On est dans l’ordre du symbole », conclut-il.





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.