mer. Août 17th, 2022



Les enquêteurs se penchent sur la piste de l’ADN pour retrouver les responsables de l’attaque du commissariat de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), visé par des tirs de mortiers d’artifice et des cocktails molotov dans la nuit du dimanche 31 juillet au lundi 1er août. Des scènes comparables à un « véritable guet-apens », selon l’expression du parquet de Créteil, ont provoqué des acouphènes chez trois policiers.

Tout a débuté vers 1 heure du matin, quand des personnes ont jeté des cocktails molotov dans la cour du commissariat où se trouvaient des policiers, tandis que d’autres tiraient une quinzaine de mortiers d’artifice contre le commissariat, a expliqué le parquet, contacté par l’AFP. Des policiers cherchant à rattraper les suspects ont été visés par des « jets de projectiles et de tirs de mortiers » dans les quartiers voisins,a poursuivi le parquet de Créteil, qui note que deux véhicules de police ont été « impactés à plusieurs endroits ».

Une personne, qui avait filmé une partie de la scène et non connue des services judiciaires, a été interpellée la nuit même de l’incident. Mise hors de cause, sa garde à vue a été levée depuis. Deux autres « ont fait l’objet de vérifications d’identité », sans être interpellées, a souligné le parquet.

Après l’incident, le maire communiste de Vitry-sur-Seine avait rappelé le « soutien » de la ville aux policiers dans un communiqué, condamné « fermement » les violences et appelé à « l’apaisement ». La nuit de lundi à mardi a été calme, des renforts policiers étant encore présents à Vitry-sur-Seine. Les enquêteurs de la Sûreté territoriale du Val-de-Marne poursuivaient mardi leurs investigations en pistant désormais l’ADN sur « plusieurs pièces à conviction saisies », d’après le parquet.





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.