Les tenanciers des pharmacies de la ville de Butembo (Nord-Kivu) ont entamé, samedi 28 mai, une grève sèche.

Ils ont levé cette option pour dénoncer ce qu’ils qualifient de concurrence déloyale du groupe pharmaceutique « Prince pharma ».

Réunis au sein de l’Association des tenanciers des pharmacies de Butembo-Lubero (ATEPHALU), ces grévistes reprochent à cet établissement « indien » de vouloir distribuer seul des produits importés de l’Ouganda et du Kenya sur le marché local.

« Prince Pharma veut vendre en détails, bien qu’il soit expatrié. Il a ses propres produits mais il veut aussi vendre des produits qui viennent de Nairobi (Kenya), de produits de Kampala (Ouganda). Il prend tout ce qu’il peut vendre chez lui, même ce qu’on produit localement. Donc, il devient le seul distributeur. Et que maintenant, les nationaux n’ont plus des produits qu’ils peuvent vendre à leur niveau », explique le président de l’ATEPHALU, Mbusa Kizito.

Ces propriétaires des pharmacies exigent l’implication des autorités compétentes dans ce dossier qui risque d’étouffer les nationaux qui interviennent dans ce secteur.

Cette situation inquiète déjà la population de Butembo comme indique un homme sous couvert d’anonymat :

« Ça fait vraiment peur parce qu’il y a des malades qui reçoivent des médicaments chaque jour. Il y a risque d’avoir beaucoup de décès dans la communauté. Mon malade reçoit surtout les spécialités qui ne se retrouvent pas aussi à l’hôpital ».

Outre les particuliers, plusieurs structures sanitaires des zones rurales du territoire de Lubero s’approvisionnent en médicaments dans des officines pharmaceutiques de Butembo.

Contacté, l’Inspecteur provincial de la santé, au Nord-Kivu s’est réservé de tout commentaire.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.