Publié


Mis à jour

Patrick Pelloux parle de l'asphyxie de l'hôpital
Article rédigé par

« Lorsque vous avez des discours de certains dirigeants de l’ARS disant qu’il faut empêcher et limiter l’accès aux soins aux urgences, ce n’est pas entendable », s’agace le médecin. 

La pénurie de soignants qui touche l’hôpital public force de nombreux services d’urgences à fermer, comme à Bordeaux (Gironde), où les patients n’ont pas pu être accueillis après 17 heures, jeudi 26 mai, sauf urgence vitale. Sur franceinfo, Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, a assuré que nous sommes « dans un état de crise majeure ». 

« Il y a une rupture de l’accès aux soins », a-t-il expliqué. « Lorsque vous avez des discours de certains dirigeants de l’ARS disant qu’il faut empêcher et limiter l’accès aux soins aux urgences, ce n’est pas entendable », a poursuivi Patrick Pelloux, très agacé. 

« Généralement, vous [les médias] veniez nous voir au mois d’août pour parler de la crise de l’hôpital. Là, on est au mois de mai. Ce qui veut dire qu’au mois d’août ça va être catastrophique car il faut bien donner leurs congés au personnel », avertit l’urgentiste. 





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.