Quelques localités du territoire de Rutshuru dans la province de Nord-Kivu sont sous menace des attaques des rebelles du M23 depuis plusieurs jours. Des combats entre l’armée congolaise et ces rebelles se sont encore intensifiés ce mardi aux premières heures de la journée  à Kibumba, dans le Nyiragongo .

Si dans presque toutes les parties du territoire national, des préliminaires pour l’examen d’état ont paisiblement commencé lundi, ceci n’est pas le cas en territoire de Rutshuru dans la province de Nord-Kivu où plusieurs villages sont attaqués par les rebelles susmentionnés . Une situation obstacle pour les élèves de nombreuses agglomérations de Rutshuru ne pouvant pas passer tranquillement leurs épreuves pour les préliminaires de l’examen d’état , année scolaire 2021-2022 .

Dans un communiqué consulté par nos confrères de 7SUR7.CD ce mardi , les forces vives dans la région se disent inquiètes des Rumangabo, Buvunga et Katale, ces entités de la cité Bunagana où les preuves préliminaires de l’examen d’état sont perturbées suite aux attaques du M23 .

« En date du 23 mai, l’ennemi est allé se cacher dans le parc des Virunga à Kabonero au lieu communément appelé Bigega où les FARDC, avec l’appui de la MONUSCO, les ont poursuivis et délogés. C’est dans cette débandade que l’ennemi a tiré vaille que vaille des bombes dans la cité de Bunagana et aux environs de Rumangabo, Buvunga et Katale. Cette situation vient de bloquer la tenue des préliminaires des examens d’État dans les entités ci-haut citées et provoquer le déplacement des populations », indique ce document.

Pour sécurisation des entités ciblées , la société civile demande au chef de l’état Tshisekedi de renforcer les effectifs militaires « bien formés et bien équipés » au Nord-Kivu avec une attention particulière accordée aux frontières entre la RDC et le Rwanda. Car, elle cite nommément les forces armées rwandaises d’avoir appuyé le M23 lors de ses opérations.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.