Une année après le lancement des travaux du programme Tshilejelu, certaines principales artères de Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental) sont de nouveau praticables pour tous les engins roulants ainsi que les piétons.  

« Nous avons déjà atteint pratiquement 90 % d’ouvrages. Nous avons déjà fait les couches de fondations sur dix artères. Nous avons actuellement un nombre de kilométrages qui attend que la couche d’enrobé », a déclaré Trésor Kashala, directeur provincial de l’Office des voiries et drainage (OVD). 

Par exemple, l’avenue Fatshi autrefois appelée Lusambo, qui provient de l’aéroport dans la commune de Bipemba pour déboucher sur l’avenue Université non loin du grand marché Bakua Dianga, à près de 5 km est actuellement sollicitée par les conducteurs des véhicules et des motocyclettes. En revanche, l’avenue Inga, qui était autrefois très sollicitée, est presque désengorgée. 

Ces routes figurent parmi les onze retenues pour le projet Tshilejelu. Elles attirent davantage les conducteurs des véhicules, qui peuvent désormais circuler dans de bonnes conditions. 

« A l’époque, il y avait de têtes des ravins qui se créaient et qui ne permettaient par l’accès facile. Maintenant, c’est très plat. On peut rouler avec joie », a déclaré un conducteur rencontré sur place. 

À titre préventif, l’OVD annonce, pour bientôt, la construction des dos-d’âne en vue d’emmener les conducteurs des véhicules à circuler à une vitesse convenable. 

La présidente du conseil d’administration de l’OVD séjourne d’ailleurs à Mbuji-Mayi depuis le week end pour se rendre également compte de l’état d’avancement des travaux de réhabilitation et modernisation de 25 kilomètres de routes. 

 



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.