Un avion de tourisme s’est écrasé ce samedi après-midi dans le massif de Belledonne, sur le territoire de la commune des Adrets, près de la station de ski de Sept-Laux. Il y a cinq victimes : quatre adultes et un enfant. 60 sapeurs-pompiers et 40 gendarmes sont sur place.

Les sapeurs-pompiers ont reçu l’alerte à 16h47 : selon des témoins, un avion de tourisme s’est écrasé dans le massif de Belledonne, sur le territoire de la commune des Adrets, au lieu-dit Les Fournelles, situé à proximité de la station de ski de Sept-Laux.

60 sapeurs-pompiers et 40 gendarmes dont ceux de la brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA) sont actuellement sur place, ainsi qu’une équipe cynotechnique. Des drones survolent également la zone ainsi que plusieurs hélicoptères.

5 corps carbonisés ont été retrouvés sur la zone du crash. Selon les services de secours, il s’agirait du pilote de l’appareil ainsi que d’une famille de 3 adultes et un enfant qui effectuait un baptême de l’air.

Le procureur de la République de Grenoble, Eric Vaillant confirme la présence d’un enfant parmi les victimes, sans en préciser l’âge pour le moment.

Selon nos informations, il pourrait s’agir d’un avion de tourisme de type Jodel D140 « Mousquetaire » qui est parti à 16h30 de l’aéroclub du Versoud – situé à une dizaine de kilomètres du lieu du crash – avec 5 personnes à bord. Le champ où l’avion s’est écrasé se situe dans un hameau habité à 850 mètres d’altitude. Selon nos journalistes sur place, il s’agit d’un terrain dégagé entouré d’une haie d’arbres situé à une centaine de mètres des premières habitations.

Sophie Rivens a vu l’avion de tourisme en feu. Interrogée par France 3 Alpes, la maire de la commune des Adrets confie être arrivée sur les lieux juste après les sapeurs-pompiers volontaires des Adrets.

Toute intervention humaine pour tenter de sauver les victimes était impossible car l’avion était déjà en grande partie calciné.

Sophie Rivens, maire de la commune des Adrets.

Les causes du drame restent pour le moment inconnues. 

Le parquet de Grenoble a ouvert une enquête qu’il a confiée à la gendarmerie des transports aériens et au commandant de groupement de la gendarmerie de l’Isère.

Plus d’informations à venir.





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.