Le ministre de la fonction publique, Jean-Pierre Lihau, a lancé, le processus d’identification biométrique des agents certifiés réguliers de référence de l’administration Publique (FRAP). C’était à la place dite « Golgotha» à la fonction publique, devant tous les hauts cadres de l’administration Publique, les secrétaires généraux des toutes les administrations, des directeurs généraux et autres directeurs chefs de service.

La cérémonie a été présidée en présence du Premier Ministre ministre, Jean-Michel Sama Lukonde et de plusieurs autres membres du Gouvernement.

Dans son allocution après le mot de bienvenue de madame la secrétaire générale de la fonction publique chargé des actifs, le VPM Jean-Pierre Lihau, a d’emblée rappelé que c’est dans la ligne droite de la vision du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, que le gouvernement s’est engagé dans la mise en place d’une administration publique moderne, intègre et efficace, au service des citoyens.

S’adressant au premier ministre, Jean-Pierre Lihau, a dressé un tableau sombre de l’administration publique à l’avènement du gouvernement des warriors. il a épinglé entre autre, la non mise à la retraite des agents éligibles, les recrutements irréguliers et irrationnels, sans considération préalable des vacances de poste, faisant ainsi exploser les cadres organiques des administrations, l’obsolescence des textes régissant l’administration publique, l’hyper matérialisation due à un trop faible degré d’informatisation, la précarité des conditions salariales et de travail des fonctionnaires de l’État, entraînant les prestations de faible qualité, et enfin, la non maîtrise des effectifs au sein des administrations publiques, à la base blocage de toutes les perspectives du redressement de l’administration publique en République démocratique du Congo.

Pour J.P. Lihau, la maîtrise des effectifs représente un enjeu économique et social de majeur.

«Elle est un enjeu économique dans la mesure où, les efforts entrepris pour maîtriser les effectifs de l’administration publique visent à nettoyer le fichier des agents actifs et passifs de l’État, de tous les cas de doublons, des fictifs et de toutes les autres formes d’irrégularités qui surplombent la masse salariale et ne cessent de saigner le trésor public. La maîtrise des effectif, disons-nous, permettra donc une maîtrise de l’enveloppe de rémunération, dont les dépenses dépassent, à ce jour, je l’ai dit la moitié des ressources propres de l’État et ce, en contradiction avec les normes régionales et internationales en la matière.», a expliqué Jean-Pierre Lihau.

Et de poursuivre :

«Enfin, la maîtrise des effectifs est un enjeu social de premier rang dans la mesure où elle garantit la qualité de la dépense publique, permettant de réorienter les économies dégagées du nettoyage du fichier des effectifs vers le financement des dépenses à caractère social, notamment le payement des agents non payés (NP), la valorisation de la situation pécuniaire des actifs, des retraités et rentiers, l’amélioration des conditions socio-professionnelles des agents».

Pour lui, cette cérémonie constitue un acte solennel et un grand symbole d’engagement du gouvernement tout entier à relever les défis de la maîtrise des effectifs et de la masse salariale de l’administration, en vue de l’avènement prochain d’une administration congolaise moderne dont le fonctionnement devra répondre au triptyque : un poste, un agent, un salaire rompant ainsi avec les mauvaises habitudes du passé.

Il sied de noter que nul n’aura besoin de se déplacer vers la fonction publique pour se faire identifier, car dans le souci de préserver le bon fonctionnement des services, les équipes de la direction de la base des données numériques des ressources humaines de l’État du ministère de la fonction publique se déploieront auprès de tous les services concernés, et procéderont à toutes les tâches d’identification sur les lieux des sectoriels respectifs.

Notons que l’identification biométrique commencera par les services centraux des agents déjà certifié au fichier de référence, puis sera le tour des provinces, pour les services déconcentrés enfin de faire la remontée des données pour avoir un fichier unique de référence qui augure une nouvelle ère dans le combat que mène le vice-premier ministre Jean-Pierre Lihau dans la lutte contre les doublons, les agents fictifs, les cumulards et toute autre forme de dysfonctionnement.

Dans son mot de clôture, le premier ministre,Sama Lukonde, a félicité le vice-premier ministre de la fonction publique, pour la concrétisation de la vision du chef de l’État, celle du redressement et la modernisation de l’administration publique.

«Et je voudrais féliciter non-seulement les agents qui ont participé à ce travail participatif qui demande l’adhésion de tous pour que nous puissions réussir… Et je vais aussi au-delà de ça, remercié et félicité Monsieur le vice-premier ministre, ministre de la fonction publique pour cette matérialisation. Les travaux qui devront se poursuivre en province pour être finalisé, va permettre une meilleure gestion de notre administration publique. Ne l’oublions pas, toute la structure de l’État repose sur vous.», a déclaré Jean-Michel Sama Lukonde enfin de la cérémonie.



Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.