La rhétorique de Moscou incite à la destruction du groupe national ukrainien, et légitime les exactions (viols, meutres de masse…) commises par les soldats russes, selon les experts interrogés.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

C’est une accusation déjà lancée à plusieurs reprises par le président ukrainien Volodymyr Zelensky depuis le début de l’invasion russe : la Russie serait coupable de « génocide »Le premier rapport indépendant (en anglais) sur cette question très sensible vient d’être publié par le think tank américain New Lines Institute et le Raoul Wallenberg Centre for Human Rights, vendredi 27 mai. Et il est catégorique : « Il existe sans aucun doute un risque très sérieux de génocide ».

>> Guerre en Ukraine : suivez l’évolution de la situation en direct

Les organisations affirment que « la Russie est responsable d’incitations publiques et directes à commettre un génocide ». En refusant l’existence même d’une nation ukrainienne, en dépeignant les Ukrainiens comme des « nazis » et en récompensant les soldats coupables de crimes de guerre, Moscou « permet aux soldats de commettre, et au public russe de cautionner, les atrocités futures ».

Cette rhétorique sert ensuite à légitimer des actions qui constituent « un schéma d’atrocités duquel il est possible de déduire une intention de détruire le groupe national ukrainien en partie », selon le rapport. Le texte cite notamment les meurtres de masse dans les zones occupées par la Russie comme à Boutcha, les attaques délibérées sur les refuges et les hôpitaux, l’utilisation des viols comme arme de guerre, et les déplacements forcés d’Ukrainiens comme autant d’éléments démontrant la volonté russe de détruire un groupe précis, ce qui est un critère de définition du génocide.

Les organisations ne vont pas jusqu’à accuser Moscou directement de génocide, mais elles s’en rapprochent, en soulignant que la Russie a violé à de nombreuses reprises la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide dont elle est membre. Elles rappellent également que tous les Etats ont le devoir d’empêcher les génocides, même hors de leurs frontières, si le risque est avéré.





Source link

By cftv1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.